Nos matériaux et l'environnement

Notre démarche globale

Conscients de notre responsabilité envers l'homme et la nature, le respect de l'environnement constitue pour nous une priorité.

Que se soit en PVC ou en Aluminium, les profilés des menuiseries ne posent pas de problèmes majeurs en termes de recyclage. Les filières existent déjà et fonctionnent car la demande est au rendez vous.

Tous nos déchets sont triés et recyclés. Lorsque nos poseurs interviennent chez vous dans le cadre d'un changement des huisseries, ils repartent toujours avec vos anciennes ouvertures (sauf demande contraire de votre part). Les menuiseries sont alors triées puis stockées dans des bennes avant d'être envoyées au recyclage.

Quant aux chutes PVC qui résultent de nos ateliers de fabrication, elles sont principalement recyclées pour la fabrication de sous-produits moins nobles (par exemples de gouttières). Le PVC peut être recyclé jusqu'à 7 fois sans que cela n'altère ni ses qualités, ni sa couleur. Il y a 80 points de recyclages du PVC en France.

Nos chutes d'aluminium, quant à elles, sont broyées, triées, puis re-fusionnées et affinées (toujours par des sociétés spécialisées).

En 2014, nous avons fait recycler par ces sociétés spécialisées 233 tonnes de déchets tout confondu (chutes PVC, aluminium, bois, verre, cartons, etc.…).

Tous nos autres déchets de productions sont eux-aussi triés dans des bennes individuelles en vue d'un recyclage (par exemple, tous les cartons et caisses bois).

A l'échelle des bureaux, nous imprimons le moins de documents possibles et essayons au maximum de n'utiliser que le système informatique qui nous permet de travailler en réseau et ainsi de se transférer les documents ou informations. Ce système informatique étant relié au téléphone portable de chacun, les informations sont transmises aussitôt. Les " post-it " ont donc été supprimés, les devis sont envoyés le plus possible par mail, les fax arrivent sur nos ordinateurs et ne sont donc pas directement imprimé et enfin, le papier qui n'a qu'une face d'écriture est réutilisé pour du papier brouillon avant d'être ensuite jeté dans une poubelle " spécial papier ", toujours en vue d'un recyclage ultérieur.

Un point sur le PVC.

Il est fréquent de voir revenir sur le PVC des rumeurs de matériau cancérigène, dangereux pour la santé, non recyclable, etc.

Remettons quelques vérités en place.

- Commençons par l'aspect recyclage.

Le PVC (polychlorure de vinyle) est un polymère. Comme tous les polymères, il est recyclable. Ceci étant, le PVC est principalement conçu pour durer (menuiseries, volets, etc.), les déchets représentent une toute petite partie de la production de ce dernier. Il en résulte que la quantité de PVC recyclée sur la quantité de PVC produite est relativement faible. Ceci étant, dans les usines qui fabriquent des produits à base de PVC, les chutes occasionnées en production ne sont pas jetées dans une décharge ou brûlées, mais triées séparément en vue de leur recyclage.

- Risque de cancer ?

Le chlorure de vinyle est cancérigène lorsqu'il est volatil en phase de polymérisation. Autrement dit, le PVC est cancérigène UNIQUEMENT lorsqu'il est fabriqué en usine, et absolument pas lorsqu'il est présent chez "le client final". Les risques liés à la fabrication du PVC sont connus et maîtrisés depuis les années 60. Pas de scandale type "amiante" à craindre avec le PVC. De nombreux matériaux sont d'ailleurs cancérigènes lorsqu'on les travaille. Le bois est de ceux-ci, les poussières de bois en usine pouvant provoquer des cancers des sinus. (Les poussières en usine sont bien entendu aspirées avant).

Néanmoins, certains composants ajoutés au PVC peuvent poser problème. Les phtalates qui servent à rendre le PVC souple sont relativement cancérigènes, mais le risque est lié à une absorption de ces phtalates. Il faut donc lécher ce PVC souple pour être sujet à risque. Les phtalates se sont retrouvés pendant des années dans les jouets souples d'enfants en bas âge (jouets pour se faire les dents). Ces jouets sont maintenant interdits depuis 1999. Le risque de cancer suite à une exposition aux phtalates dans le PVC n'est donc plus d'actualité.

A un niveau moindre, on retrouve les risques liés aux stabilisants du PVC, pour améliorer sa durabilité. Plomb et cadmium sont de la partie. Ces composés posent problème lorsqu'ils peuvent être ingérés ou inhalés. Dans le PVC en menuiserie/gouttières/etc., ils ne sont ni volatils, ni ingérable (à moins de manger ou mâchouiller ses fenêtres). Néanmoins, ces stabilisants sont pratiquement tous remplacés par des stabilisants du type calcium/zinc. Notre fournisseur de profilés PVC, à savoir REHAU, a retiré le cadmium de ses profilés depuis 2001 et s'est engagé à retirer le plomb d'ici à 2015. Cependant, sa présence actuelle n'est absolument pas dangereuse car étant emprisonné dans le PVC, il n'est pas accessible et ne peut s'émietter.

Les risques cancérigènes du PVC, qui reviennent régulièrement sur le devant de la scène depuis 1930 sont donc totalement écartés, et c'est sans risque que l'on peut utiliser le PVC dans son habitation. De plus, le matériau PVC est classé M1 au feu, ce qui signifie que ce n'est en aucun cas un facteur aggravant dans le développement d'un incendie.

Un point sur l'Aluminium.

L'aluminium une fois produit est recyclable et recyclé indéfiniment sans perte de ses propriétés. A chaque rénovation ou déconstruction, l'aluminium est intégralement récupéré pour être refondu et engendrer ainsi une nouvelle matière première possédant les mêmes qualités d'origine. Ce n'est pas pour le cas d'autres matériaux qui ne peuvent être réutilisés qu'une seule fois et pour d'autres fins.

La filière de récupération et de recyclage des métaux et donc de l'aluminium, existe et n'a pas à être organisée ultérieurement. Elle s'est organisée spontanément et est économiquement rentable grâce à la valeur des métaux récupérés, en l'occurrence de l'aluminium. L'opération de refonte de l'aluminium est aisée, parfaitement maîtrisée et consomme très peu d'énergie. En effet, ce recyclage ne nécessite que 5 % de l'électricité nécessaire pour la production de la même quantité d'aluminium primaire.

L'analyse du cycle de vie des produits de la construction décrite par les normes internationales ISO 14040 et 14044 prend en compte cet atout environnemental majeur qu'est le recyclage.

L'aluminium est donc 100% recyclable, indéfiniment et sans dégradations de ses propriétés. Les profils sont broyés, triés, puis l'aluminium est re-fusionné et affiné. (Les autres composants des menuiseries sont également recyclés). Cette matière est particulièrement résistante aux chocs, aux dégradations et aux pollutions. De plus, l'aluminium, par sa constitution et sa finition, est un matériau totalement inerte qui ne se dégrade pas dans le temps. Il n'émet ni poussières, ni vapeur, ni particule et ne présente donc aucune toxicité de contact.

Sources : site REHAU, Architectural Systems et internet